Culodritto – 1987

T’es italienne? Donc t’écoutes Eros ou Laura Pausini? Mon Dieu… combien de fois la même question en 10 ans… Moi je commence a m’énerver, je ferme les yeux, je respire, je ne dis presque rien, juste “mais non… c’est pas mon style…” et alors me demandent quel chanteur ou chanteuse j’aime bien… je dis genre Guccini, De André.. personne les connait… c’est normal, pas de soucis… et pourtant tout le monde en France connait “Laura non c’è”….

Voici donc la première chanson traduite par moi. Sur le site des CCG vous trouverez beaucoup de chansons déjà traduites, donc moi je me lancerai sur la traduction des celles qui restent.

Je commence par une des plus belles chansons dédiées aux enfants, Culodritto. Le titre est le seul môt que j’ai pas pu traduire. Il veut dire comment font les filles quand on les gronde, elles poussent les épaules à l’arrière et serrent leur fesses. Les fesses deviennet alors “droites”, donc CULO (fesses) DRITTO (droites).

De l’album: Signora Bovary, 1987

bovary

 

Mais qu’est-ce que j’aimerais avoir tes yeux
écarquillés sur le monde comme des papiers buvards
et tes rires spontanés et pleins
presque sans regret ou repentirs
mais qu’est-ce que j’aimerais encore avoir à regarder
et avoir encore tout ou presque tout à essayer

Culodritto qui t’en vas sûre
en transformant en direct chromosomes corsaires
de Lombards, de Celtes et Romains
de l’ancienne plaine de montagnards
petite reine de telecommandes
de gnoses absolues
que t’affirmes et demandes
de soupçon et de fé dans le monde curieux des grands
même si t’auras pas
mes bagarres terreuses de champs, de cours et de rues
et tu sauras pas le goût qu’il a le raisin volé à un rangée
bientôt tu verras
comment c’est facile de se faire un logiciel inutile de science
et tu verras comment c’est confus le problème d’utiliser notre expérience

Culodritto, qu’est-ce que tu veux que je te dise?
seulement que ça coûte toujours de l’énergie
et que vivre c’est toujours difficile
mais c’est une histoire ancienne

Culodritto, donne-moi encore la main meme si le fait de te la serrer est encore un prétexte
pour sentir celle confiance totale
qui personne m’a donné
ou m’a jamais demandé
envole-toi, envole-toi ou moi j’aimerais voler
vers un monde qu’il faut encore tout faire
et ou il y a tout ou presque tout à rater

Version originale en italien:

Ma come vorrei avere i tuoi occhi,
spalancati sul mondo come carte assorbenti
e le tue risate pulite e piene, quasi senza rimorsi
o pentimenti,
ma come vorrei avere da guardare
ancora tutto come i libri da sfogliare
e avere ancora tutto, o quasi tutto, da provare.

Culodritto, che vai via sicura,
trasformando dal vivo cromosomi corsari,
di longobardi, di celti e romani dell’antica pianura
di montanari,
reginetta dei telecomandi,
di gnosi assolute che asserisci e domandi,
di sospetto e di fede nel mondo curioso dei grandi,
anche se non avrai
le mie risse terrose di campi, cortili e di strade,
e non saprai
che sapore ha il sapore dell’uva rubato a un filare,
presto ti accorgerai
com’è facile farsi un’inutile software di scienza
e vedrai
che confuso problema e’ adoperare la propria esperienza;

Culodritto, cosa vuoi che ti dica?
Solo che costa sempre fatica
e il vivere e’ sempre quello, ma e’ storia antica.

Culodritto, dammi ancora la mano,
anche se quello di stringerla e’ solo un pretesto
per sentire quella tua fiducia totale che nessuno mi ha dato,
o mi ha mai chiesto

vola, vola tu, dove io vorrei volare
verso un mondo dove ancora tutto e’ da fare
e dove e’ ancora tutto, o quasi tutto, da sbagliare. 

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...